L’incendie dans l’usine textile au Bangladesh était dû à un sabotage

Lematin

D’après Le Matin (CH) : Dépêche AFP du 17/12/12

L’incendie dans une usine textile au Bangladesh qui a coûté la vie à 111 ouvriers le 24 novembre dernier près de la capitale Dacca a été provoqué par un acte de sabotage.

Un membre de l’équipe en charge de l’enquête affirme que l’incendie dans l’usine de textile n’est pas accidentel mais un acte de sabotage.

« Nous avons découvert que le feu qui a ravagé l’usine Tazreen Fashion à Ashulia était un acte de sabotage », a déclaré Main Uddin Khandaker après avoir remis un rapport d’enquête au gouvernement.

« Les témoignages de victimes ont révélé que c’était un acte de sabotage. Il n’y avait aucune possibilité pour que le feu soit dû à un court-circuit électrique ou à autre chose », a-t-il ajouté, sans toutefois préciser davantage les motifs ou les personnes à l’origine du sabotage.

Selon Main Uddin Khandaker, l’équipe en charge de l’enquête va par ailleurs recommander de poursuivre pour homicide involontaire le propriétaire de l’usine, située dans la zone industrielle d’Ashulia, à la périphérie de Dacca.

« Il y a aussi eu une négligence flagrante de la part du propriétaire. Nous avons suggéré une action en justice contre lui et neuf de ses cadres intermédiaires qui ont empêché les ouvriers de quitter l’usine en feu », a-t-il ajouté.

Bangladeshi firefighters battle a fire at a garment factory in the Savar neighborhood in Dhaka, Bangladesh, late Saturday, Nov. 24, 2012. At least 112 people were killed in a fire that raced through the multi-story garment factory just outside of Bangladesh's capital, an official said Sunday. (AP Photo/Hasan Raza)

Bangladeshi firefighters battle a fire at a garment factory in the Savar neighborhood in Dhaka, Bangladesh, late Saturday, Nov. 24, 2012. At least 112 people were killed in a fire that raced through the multi-story garment factory just outside of Bangladesh’s capital, an official said Sunday. (AP Photo/Hasan Raza)

Des ouvriers rescapés avaient raconté après le drame comment des responsables leur avaient interdit de quitter leur poste de travail au motif qu’il s’agissait d’un simple exercice d’incendie.

Le propriétaire de l’usine, Delwar Hossain, avait indiqué à des journalistes après le sinistre qu’il pensait que l’incendie était intentionnel, sans donner plus de détails.

Selon des enquêteurs, l’usine de neuf étages, qui fabriquait des vêtements pour des marques occidentales telles que Walmart et C&A, n’aurait jamais dû dépasser trois étages.

(afp/Newsnet)

Incendie de l’usine textile Tazreen Fashion au Bengladesh: C&A solidaire des familles des victimes

LeMonde03 décembre 2012

Le Monde.fr avec AFP | 27.11.2012 à 09h19 • Mis à jour le 27.11.2012 à 11h53

La police du Bangladesh recherche Delwar Hossain, le propriétaire en fuite de l’usine textile ravagée par un incendie, qui a fait 110 morts. Des ouvriers rescapés assurent qu’ils ont reçu l’ordre de ne pas quitter leur poste. « Alors que la fumée s’épaississait, les gérants ont même dit aux ouvriers qu’il s’agissait d’un exercice d’évacuation en cas d’incendie, et qu’il ne fallait pas s’inquiéter », indique le chef de la police.

La police veut également interroger le propriétaire de l’usine Tazreen Fashion sur une violation présumée des règles de construction, après une information selon laquelle le bâtiment de douze étages ravagé par les flammes n’aurait jamais dû dépasser trois étages, en vertu du permis de construire.

Samedi soir, plus de mille ouvriers, qui travaillaient pour des firmes occidentales telles que le groupe néerlandais C&A, le français Carrefour et le suédois Ikea, ont été piégés par les flammes. L’incendie a fait cent dix morts, dont de nombreuses femmes, par asphyxie et intoxication ou en sautant dans le vide.

2012-11-24T193441Z_1043779319_GM1E8BP09UX01_RTRMADP_3_BANGLADESH-FIRE_0

Incendie de l’usine Tazreen au Bengladesh (DR) Reuters

« EXTRÊMEMENT PERTURBANT »

La police a ouvert une enquête pour homicide involontaire après l’incendie de l’usine située dans la périphérie de Dacca. Cette enquête, couplée à deux autres émanant du gouvernement, cherche à établir les causes exactes du sinistre. Mardi était jour de deuil national, symbolisé par des drapeaux en berne aux frontons des bâtiments publics. Les trois millions d’ouvriers textiles du pays ont aussi reçu un jour de congé.

Le géant américain de la grande distribution Walmart a par ailleurs reconnu que certains de ses produits étaient fabriqués dans l’usine qui a brûlé. « Un fournisseur a sous-traité le travail à cette usine sans autorisation et en violation directe de notre politique », a-t-il déclaré dans un communiqué lundi 26 novembre. « Ce qui s’est produit est extrêmement perturbant et nous continuerons à travailler au sein de l’industrie textile pour améliorer la formation à la sécurité en matière d’incendie », a ajouté Walmart.

2011C&Alogo

Pour sa part, l’EEB de C&A a diffusé le 25 novembre le communiqué suivant :

EEB_commissions_further_investigationC_A_commande_une_enquete_approfondie_sur_l_incendie_de_l_usine_textile_au_Bangladesh-1

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :